UNE HISTOIRE MUSICALE DE L'IRLANDE

01 - Taisteal Go Mall

- Les premiers humains arrivèrent en Irlande il y a environ 10 000 ans durant la dernière période glaciaire, lorsque l’île était rattachée au continent, et nous ne savons presque rien de ces habitants originaux, si ce n’est qu’ils importèrent la construction de mégalithes et de tumulus, tels que ceux de Newgrange, Howth, etc.. Comme partout, la vie commença donc ici très lentement. "Taisteal Go Mall", expression en gaélique que l’on trouve aujourd’hui sur les panneaux routiers dans les Gaeltachtaí (les zones gaélophones), signifie « Allez doucement ».

Taisteall Go Mall.jpg

Gaeltacht (photo EFP)

02 - Amhergin’s March - The Boyne Jig

- Amhergin (Amergin, Amorgen, etc.) est le principal druide et juge des Milésiens, le dernier peuple mythologique à conquérir l’Irlande. Après la victoire de son camp, il décida que les Milésiens pouvaient vivre sur la terre d’Irlande, tandis que les perdants, les Tuatha Dé Danann, devaient vivre sous la terre. C’est peut-être l’origine des superstitions irlandaises des "little people", des banshees, etc.


- La rivière de la Boyne, au nord de Dublin, tire son nom de la déesse Boann : principalement décrite dans le manuscrit du Lebor Gabála Érenn, elle appartient au clan des Tuatha Dé Danann, et son amant – le dieu Dagda – usa de magie pour qu’elle puisse concevoir et donner naissance à Aengus en une seule journée. C’est dans la rivière Boyne que fut pêché le Saumon de la Connaissance, qui conféra à Fionn mac Cumhaill (Finn McCool) tout le savoir du monde.

1024px-Saint_Brigid's_cross.jpg

Croix de Sainte Brigid

03 - Brigid’s Fancy

- Avec St Patrick, Ste Brigid est l’une des principales figures ayant évangélisé l’Irlande au Ve siècle de notre ère. La Ste Brigid est célébrée le 1er février et marque le début du printemps irlandais, remplaçant ainsi une ancienne fête celtique similaire, Imbolc. Brigid apparaît par ailleurs en tant que déesse de la poésie dans le manuscrit du Lebor Gabála Érenn et existait sans doute bien avant l’arrivée de la chrétienté. Il est très vraisemblable que son personnage ait simplement été adopté et adapté par les premiers missionnaires, marquant ainsi la transition entre l’histoire mythologique et l’histoire chrétienne de l’Irlande.

04 - The Tears of Rathlin Island

- L’île de Rathlin, au large du comté d’Antrim, fut la première victime irlandaise des invasions vikings, en l’an 795 selon le manuscrit des Annales d’Ulster. Une période sombre commençait, qui n’allait s’achever qu’avec la victoire de Brian Boru à la bataille de Clontarf en 1014. Entre temps les Vikings avaient pillé d’innombrables villages et monastères, mais avaient également fondé des ports et des villes, dont Dublin.

05 - Adrian’s Bull - Derbforgaill - Bannow Bay

- Il ne s’agit pas du taureau d’Adrien, mais de la bulle papale du Pape Adrien IV (seul pape anglais de l’histoire) qui en 1155 accordait au roi Henri II d’Angleterre le droit d’envahir et de gouverner l’Irlande, trop païenne aux yeux de certains.

- Derbforgaill, fille du roi de Meath, fut enlevée en 1152 par Dermot McMurrough, roi du Leinster. Exilé hors d’Irlande en 1166 pour cette faute, il demanda l’aide du roi Henri II d’Angleterre pour reconquérir son trône et son territoire.

- En mai 1169, avec la bénédiction d'Henri II d'Angleterre, une armée anglo-normande levée par son vassal Richard Strongbow débarqua à Bannow Bay, comté de Wexford, pour aider Dermot McMurrough à reconquérir son royaume. Cet épisode marque le début de la domination anglo-normande en Irlande.

06 - Beyond the Pale

- L’incompréhension mutuelle entre le mode de vie gaélique et le mode de vie anglo-normands, puis anglais, donna naissance à l’expression anglaise encore courante aujourd’hui “beyond the pale”, c’est à dire « inacceptable » (littéralement « au-delà du Pale »).

IMG_5233.jpg

Irlande ouest

Elle provient de la région sous domination anglaise autour de Dublin, appelée The Pale, qui considérait tout ce qui se passait au-delà de ses limites comme incompréhensible, voire intolérable. Le fossé se creusa encore davantage lorsque le roi Henri VIII d’Angleterre décida d’établir une église protestante indépendante du Pape en 1534, tandis que l’Irlande restait foncièrement catholique.

07 - Cormac MacDermott - The Globe Jig - The Humours of Kinsale

- Peu de gens savent que la reine Elisabeth entretenait des musiciens irlandais à son service, et notamment des harpeurs, dont le principal fut Cormac MacDermott. Il resta d’ailleurs au service de son successeur, le roi Jacques Ier d’Angleterre, jusqu’à la mort du musicien en 1618.

- La jig est une forme musicale en 6/8 très courante en musique irlandaise et écossaise, mais c’est également le nom du divertissement théâtral donné après la représentation principale à l’époque de Shakespeare et de son théâtre londonien, le Globe. L’œuvre du grand auteur élisabéthain regorge d’ailleurs de références à l’Irlande et à sa musique.


- En 1601, une flotte espagnole commandée par le Général del Águila vint prêter main forte aux chefs de clans gaéliques contre l’Angleterre. Les forces irlandaises et espagnoles furent cependant vaincues par l’armée anglaise à la bataille de Kinsale, qui marque la fin de l’Irlande gaélique.

08 - Major General Boisseleau

- La lutte entre catholiques et protestants pour le trône d’Angleterre se poursuivit durant tout le XVIIe siècle, y compris en Irlande durant deux importantes batailles. L’armée protestante de Guillaume d’Orange emporta une victoire décisive contre l’armée catholique de Jacques II à la bataille de la Boyne en 1690 puis à Aughrim en 1691. Comme l’Espagne, la France fut un allié important des catholiques irlandais, et c’est le Major Général Boisseleau qui commanda les opérations de défense lors du siège de Limerick à l’été 1690 et qui parvint à repousser les assauts des partisans du roi protestant.

09 - Grattan’s Parliament - The Eagle Tavern - The Republic of Connacht

- A la fin du XVIIIe siècle, les premières aspirations nationalistes irlandaises furent exprimées par des protestants, et en particulier par le Patriot Party menée par Henry Grattan, qui obtint de Londres la création d’un parlement irlandais réellement indépendant, mais toujours sans droit de vote pour les catholiques.


- Une période unique d’union entre catholiques et protestants surgit à cette même époque à Belfast. C’est à la Eagle Tavern que fut fondée le 9 novembre 1791 la Société des Irlandais Unis, dont le but ultime était une république irlandaise indépendante. Leur soulèvement de 1798 provoqua en représailles l’abrogation du Parlement de Grattan et l’intégration de l’Irlande au Royaume-Uni.


- En 1798, après une première tentative infructueuse en 1796, le Directoire français décida de soutenir la rébellion irlandaise, à la demande de Theobald Wolfe Tone. Les troupes menées par le Général Humbert débarquèrent à Kilcummin, comté de Mayo : les premiers jours furent euphoriques et une république fut proclamée. Elle ne dura que douze jours.

20170704_124347.jpg

Willie Clancy Summer School, 2017

10 - The Lad from Cahirciveen

- Daniel O’Connell, né en 1775 à Caherciveen, comté du Kerry, fut le premier catholique élu au Parlement de Westminster, en 1828, mais il refusa de prêter serment au roi, chef de l’Église protestante anglicane

d’Angleterre. En signe d’apaisement, la loi d’émancipation des catholiques fut votée à Westminster en 1829, suivie en 1858 par l’émancipation des juifs. O’Connell mourut en 1847 alors qu’il tentait d’obtenir la création d’un Royaume d’Irlande indépendant.

11 - An Drochshaol

- La période de la grande famine  en Irlande (1845-1850) fut longtemps entourée d’un sentiment de honte et de culpabilité pour de nombreuses raisons. L’expression la plus couramment  employée à la fin du XIXe siècle pour décrire ces années (qui virent la population irlandaise tomber de 8,5 à 5 millions d’habitants) étaient "an Drochsaol", la « mauvaise période », ou littéralement, la « dure vie ».

12 - The Rising Polka - The 32 Polka

- Profitant de l’engagement britannique sur le continent durant la première guerre mondiale, quelques dizaines d’Irlandais décidèrent d’organiser un soulèvement à Pâques 1916, qui fut un échec stratégique retentissant. Mais la brutalité des représailles britanniques transforma rapidement cet échec en réussite politique, et l’Indépendance de l’Irlande fut accordée le 6 décembre 1921 pour prendre effet le 6 décembre 1922. 

seated fiddler Ballina 1998.jpg

- Pourtant, seuls 26 des 32 comtés irlandais obtinrent leur indépendance et 6 comtés restent intégrés au Royaume-Uni, où la population protestante est encore légèrement majoritaire, et où une lutte armée fit plus de 3500 morts entre 1968 et 1998. Récemment, le Brexit et les difficultés politiques extrêmes qui en découlèrent tendent à montrer qu’une réunification de l’Irlande pourrait résoudre bien des problèmes dans les décennies à venir.